Afficher ou masquer le menu mobile
Trace des Maquisards de l'AinInfos pratiquesLes sites emblématiques du maquis de l’Ain

Les sites emblématiques du maquis de l’Ain

Lycée Lalande

Malgré son faible effectif, le lycée Lalande a fourni à la résistance une participation très importante, dont 32 furent tués ou fusillés et une vingtaine déportés. L’action courageuse de ses élèves lui a valu l’attribution de la médaille de la Résistance française, la seule décernée à un établissement scolaire.

Cabane du Maquis – Ceyzériat

Une cabane étroitement liée à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, de la résistance et de la libération constitué d’une cavité naturelle aménagé au Mont Muret au-dessus de Ceyzériat pour abriter les réfractaires au service du travail obligatoire.

Hameau de Racouze – Grand Corent

Dans la lutte menée contre les maquis une colonne allemande investit le village de Grand-Corent le 14 avril 1944 puis se dirigea vers le hameau de Racouze, dont une partie de la population avait fuit mais il restait encore des habitants. Des grenades incendiaires furent jetées pendant que les officiers interrogeaient Ernest Salvit qu’il accusait d’avoir son fils au maquis et d’abriter des terroristes.

Camp de Cize

Commandé par Charles BLETEL. Créé en juin 1943, le camp de Cize demeure jusqu’à la fin 1943 au dessus de Chalour sur la falaise dominant le barrage de Cize-Bolozon.
Ce camp est à l’origine du coup de main sur l’usine du Creusot le 16 décembre 1943.

Viaduc de Cize

Au matin du 12 juillet 1944, des résistants français lancent une action sur le viaduc de Cize, destinée à couper les communications ferrées et ainsi ralentir la progression des allemands. Les charges explosives placées sous une voute de la voie routière et sous une autre de la voie ferrée sont uniquement censées endommager légèrement l’ouvrage mais elles se révèlent fatales et le détruisent quasi entièrement. La reconstruction du viaduc, presque à l’identique, se termine en 1950 et la ligne ferroviaire peut enfin être ouverte à la satisfaction de tous.
Les dimensions impressionnantes de ce viaduc en font aujourd’hui un des ouvrages les plus imposants sur la rivière d’Ain.

Camp de Chougeat

Les responsables de Bourg pour résoudre le problème déclenché par le camouflage de réfractaires entreprennent de créer un camp. En Mars 1943 Bob Grotte à lOurs Bailland à GFornier (Virgile) et Raymond Charvet reconnaissent prés de Matafelon, une grotte située au Signal de Chougeat.

Le chef de secteur AS de Bourg, Bernard Ecquoy et un métallurgiste Perrin, militant de «Libération» requis au titre de la Relève y installent un premier noyau de Réfractaires.

Hameau de Chougeat – Matafelon Granges

Le hameau de Chougeat est le plus haut des douze hameaux de la commune de Matafelon-Granges. Il est situé dans un vallon en cul de sac. Il est le départ de chemins de randonnées pour le rocher de Chougeat qui domine la vallée de l’Ain et pour la « grotte du maquis » et la stèle commémorant les maquis de l’Ain et du Haut-Jura.

Izernore

Dans la nuit du 6 au 7 juillet 1944 atterrissait à Izernore, en terre occupée, le premier avion allié, un DC3 Dakota, pour venir en aide aux maquis de l’Ain et du Haut-Jura.

 

Retour haut de page
Aller à la barre d’outils